Erreur DPC WATCHDOG VIOLATION

Erreur DPC WATCHDOG VIOLATION

Si vous utilisez un ordinateur Windows, en particulier Windows 8 / 8.1 et Windows 10, vous tomberez peut-être un jour sur un écran bleu affichant le code d’erreur : DPC_Watchdog_Violation.

Ces derniers mois, elle est même devenue l’une des erreurs les plus fréquentes sur les ordinateurs travaillant sous Windows 10.

Alors, qu’est-ce que ce DPC Watchdog Violation et comment résoudre ce problème ?

L’écran bleu de la mort, comme l’appellent depuis longtemps les geeks à propos de ces plantages de Windows – faisant apparaître un beau fond bleu avec un code et un message et un code sibyllins – est la hantise de tout informaticien en herbe, mais aussi de tous les techniciens de maintenance.

Celui dont nous parlons ici affiche exactement la phrase suivante :

Votre ordinateur a rencontré un problème et doit redémarrer.

Suivi plus bas du nom du responsable de ce problème :

Code d’arrêt : DPC WATCHDOG VIOLATION

Le DPC Watchdog Violation, qu’est-ce que c’est ?

Même avec des connaissances élémentaires en anglais, on peut facilement traduire ce terme par « Violation du chien de garde ». Mais cela ne nous avance guère.

Le DPC (Delayed Procedure Call), quant à lui, fait référence à un appel de procédure différée, c’est-à-dire un dispositif de Windows permettant aux tâches de priorité élevée de différer l’exécution des tâches de priorité inférieure. De cette manière, les tâches essentielles et critiques peuvent être traitées et exécutées plus rapidement.

Quand le DPC est activé, le mécanisme détecte les routines qui dépassent la limite de temps spécifiée par celui-ci. Cela a donc pour incidence l’apparition de l’erreur DPC_WATCHDOG_VIOLATION (0x133)

Causes courantes de l’erreur DPC Watchdog Violation

L’origine de cette erreur peut être multiple, mais, en règle générale, ce sont souvent les mêmes causes qui reviennent, causes que nous pouvons lister ci-dessous :

  • Fichiers système corrompus.
  • Pilotes obsolètes, défectueux ou incompatibles.
  • Problème de compatibilité logicielle (si vous avez récemment installé un nouveau logiciel qui n’est pas compatible avec les programmes déjà présents sur votre PC)
  • Version du micrologiciel (le firmware) du SSD obsolète
  • Problèmes de compatibilité matérielle.

Solutions

Maintenant que nous savons plus ou moins ce que signifie cette violation et quelles en sont les causes les plus fréquentes, nous allons reprendre chacune d’elle, point par point, et tenter d’y apporter une solution.

1 – Fichiers système corrompus.

A – Vérifier si les fichiers système de Windows ne sont pas corrompus.

Les fichiers système corrompus de Windows sont l’une des raisons les plus courantes provoquant cet écran bleu d’erreur. Afin de corriger l’erreur DPC_Watchdog_Violation sur votre ordinateur Windows, nous allons donc au préalable vérifier que le problème ne vient pas des fichiers système de Windows.  Ces fichiers doivent être sains, et, si ce n’est pas le cas, il faudra les réparer.

S’il y a des problèmes avec ces fichiers, le processus que nous allons lancer les corrigera automatiquement.

Pour commencer, ouvrez l’invite de commandes en tapant CMD dans la fenêtre de recherche Windows, puis faites un clic droit sur l’application, afin de choisir « Exécuter en tant qu’administrateur ».

Ensuite, une fois dans l’invite de commandes, tapez la commande suivante :

CHKDSK C: /F /R

Et appuyez sur ENTRÉE

Remarque : nous supposons que Windows est installé sur le lecteur C, ce qui est le cas par défaut sur tous les ordinateurs. Dans l’hypothèse où Windows est installé sur une autre lettre de lecteur, il faudra bien sûr remplacer C : par la bonne lettre.

Si vous ne la connaissez pas, vous pouvez la trouver facilement après avoir lancé CMD et en regardant la première lettre sur la ligne qui s’affiche. Si cette ligne indique :

C:\WINDOWS\system32

Cela signifie que Windows est sur la lettre C

Ainsi donc, après avoir tapé CHKDSK, Windows va, grâce à cette commande, procéder à la vérification des fichiers du disque dur, dont les fichiers système. Toutefois, pour des raisons évidentes, il ne pourra le faire qu’au prochain démarrage de l’ordinateur. C’est pourquoi, après avoir appuyé sur ENTRÉE, vous aurez le message suivant :

CHKDSK ne peut pas s’exécuter parce que le volume est utilisé

par un autre processus. Voulez-vous que ce volume soit

vérifié au prochain redémarrage du système ? (O/N)

Vous devrez alors taper O (pour Oui), puis sur Entrée.

Ensuite, redémarrez l’ordinateur et la vérification commencera.

Attention, celle-ci peut durer plusieurs dizaines de minutes, en fonction des erreurs trouvées et de la taille de votre disque dur.

Surtout, n’éteignez pas l’ordinateur durant cette vérification. Laissez Windows aller au terme de la vérification.

B – Scanner et réparer les fichiers système

Une autre façon de réparer les fichiers système est d’utiliser, en ligne de commandes, l’outil de vérification des fichiers système de Windows. Il s’agit de SFC (abréviation en anglais de System Files Check).

Nous allons voir comment.

Ouvrez le programme d’invite de commandes (CMD) en tant qu’administrateur, comme nous l’avons vu plus haut.

Ensuite, tapez :

SFC /scannow

Puis appuyez sur Entrée.

L’analyse, qui peut durer longtemps, va vérifier et, le cas échéant, réparer les fichiers système manquants ou endommagés.

Lorsque le processus arrive à son terme, redémarrez votre ordinateur.

C – Restaurer votre système Windows

Si les deux méthodes que nous avons vues ci-dessus n’ont toujours pas réglé le problème, nous allons cette fois-ci restaurer Windows à une date antérieure.

Je vous conseille de le faire en mode sans échec, mais rien ne vous y oblige.

Lancez la fenêtre Exécuter

Touches Windows + R

Tapez rstrui et confirmez en cliquant sur OK

Si vous le pouvez, choisissez un point de restauration remontant à une date où vous n’aviez pas ce problème d’écran bleu. Sinon, choisissez le point de restauration le plus ancien. Si vous avez installé des applications depuis la date choisie, il faudra les réinstaller. En revanche, Windows ne touchera pas aux documents créés depuis cette date (fichiers Word ou Excel, photos, musiques, vidéos, etc.).

Une fois la restauration lancée, Windows va redémarrer l’ordinateur. Vous pourrez alors vérifier si le problème apparaît toujours.

2 – Pilotes obsolètes, défectueux ou incompatibles.

Si la restauration n’a rien réglé, voyons maintenant une autre manière de corriger le problème DPC Watchdog Violation. Il s’agit de mettre à jour le pilote du contrôleur SATA.

Lancer la fenêtre Exécuter :

Touches Windows + R

Tapez :

devmgmt.msc

puis sur OK

Cette commande va lancer le Gestionnaire de périphériques.

Dans la liste des périphériques, recherchez la ligne correspondant à Contrôleurs IDE/ADA/ATAPI

Double-cliquez dessus, puis recherchez Contrôleur AHCI SATA standard. Si vous le trouvez, vous pouvez passer cette solution.

Mais, si le nom est différent, par exemple Intel Chipset Family SATA AHCI Controleur (ou un autre nom de fabricant), nous allons le remplacer par le contrôleur standard.

Faites un clic droit sur le nom du contrôleur AHCI et cliquez sur Propriétés.

Cliquez ensuite sur l’onglet Pilotes. Recherchez le bouton Détail du pilote et cliquez dessus.

Si le nom du pilote est différent de storahci.sys nous allons le modifier.

Appuyez sur OK pour fermer la fenêtre des Détails du pilote.

Ensuite, cliquez sur le bouton Mettre à jour le pilote.

Dans la fenêtre qui s’ouvre, cliquez sur Parcourir mon ordinateur à la recherche du logiciel du pilote.

Une nouvelle fenêtre apparaît. Ici, vous devez cliquer sur Choisir parmi une liste de pilotes disponibles sur mon ordinateur.

Dans la liste qui s’affiche, sélectionnez Contrôleur AHCI SATA Standard en le mettant en surbrillance. Puis cliquer sur Suivant.

Windows va alors installer le pilote générique du contrôleur.

Il faudra ensuite redémarrer l’ordinateur.

3 – Problème de compatibilité logicielle

Une autre cause du problème peut être l’installation récente d’un logiciel qui pose problème en raison de son incompatibilité.

Il faudra vous remémorer quelle application a été installée juste avant la survenue du problème, afin de la désinstaller.

4 – Version du micrologiciel du SSD obsolète

Le micrologiciel est le firmware du disque SSD, qui peut être trop ancien et donc rendu incompatible avec Windows.

Si vous possédez un disque dur SSD, la solution est donc de mettre à jour son firmware.

Pour cela, vous aurez besoin d’aller sur le site du fabricant, afin de vérifier si ce dernier propose une mise à jour du firmware et, si c’est le cas, de la télécharger et de l’installer.

5 – Problèmes de compatibilité matérielle.

Comme pour les logiciels dont nous avons parlé plus haut, il est possible qu’un périphérique installé récemment pose problème et provoque l’erreur DPC Watchdog Violation.

Il faudra dans ce cas, soit mettre à jour son pilote, soit, hélas ! se passer de ce matériel et le retirer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *